Réunion-bilan 23 novembre 2013
Maison du Développement durable de Louvain-la-Neuve

1) Bilan de la saison 2013 par Nicolas

• Nicolas explique qu’il y a actuellement 130 familles qui font partie de l’AMAP pour environ 85 «Equivalent grand panier », autrement dit il y a environ 30 familles de plus pour un même nombre total d’équivalents grands paniers. Il rappelle cependant qu’il avait réalisé un plan de culture pour un peu plus d’équivalents grands paniers, il a donc eu un peu de surplus. Il explique également qu’il n’avait pas anticipé qu’il y aurait autant de famille qui passeraient d’un grand à un petit panier en 2013 !
• Il évoque divers points positifs de la saison 2013 : abondance des tomates, saison des courgettes et des tomates plus longue que les saisons précédentes, culture mieux maîtrisée du chou-fleur, panier globalement plus équilibré suite aux remarques à ce sujet à la réunion-bilan en 2012, simplification de la mise en panier lors des distributions, équipe efficace sur le champ - il n’a presque jamais été seul et il a apprécié cela -, gain de temps lors des semis, nouvelle équipe «recettes» efficace, fête de septembre 2013 très réussie - il précise qu’il est plus facile pour lui de l’organiser en septembre pour les années à venir -, des partenariats ont permis d’écouler les surplus liées aux familles manquantes (d’où la nécessité d’anticiper les inscriptions pour la saison 2014 - voir plus loin)
• Il présente ensuite les points davantage négatifs : printemps froid et tardif (qui a des répercussions sur toute la saison), erreur dans l’anticipation de la demande et donc temps consacré à la recherche de débouchés pour écouler le surplus, divers changements au sein de l’équipe sur le champ, pas d’obtention du permis pour le terrain de Corroy et donc retard dans l’installation par rapport à ce qui était prévu. Sur le champ : certains légumes n’ont pas donné comme prévu (céleri-rave, haricots, petits pois, maïs - Nicolas explique le problème de la contamination du maïs par le pollen du maïs fourager du voisin), enherbement et maladies / ravageurs, soucis lié aux tomates trop mûres.
• En ce qui concerne le prix il estime que le prix du panier revient à 15% moins cher par rapport aux prix qui serait demandé pour un contenu équivalent en vente directe. Cela lui semble plus logique que les 30% de différence de la saison dernière, on va vers davantage d’équilibre et c’est une bonne chose. Nicolas explique qu’en 2013 la valeur du panier était plus ou moins la même toute l’année, ce qui n’était pas le cas avant.

• Nicolas fait un résumé des remarques reçues lors des distributions ou via le sondage en ligne.

• Nicolas explique que pour la saison 2014 les réinscriptions auront lieu durant les trois dernières distributions de décembre. Cela lui permettra de mieux prévoir ses cultures !
• Il explique également qu’il y aura du changement au niveau des inscription en cours de saison : dorénavant il y aura un nombre limité de dates déterminées auxquelles on pourra rejoindre l’AMAP, ce sera plus facile à gérer pour tout le monde.
• Il explique avec davantage de détails les soucis liés au terrain de Corroy : la commune est favorable à son projet mais il y avait des soucis dans le dossier. Cela lui a demandé beaucoup d’énergie et au final tout ne se passe pas comme prévu vu qu’il ne pourra pas travailler cet hiver sur l’aménagement du terrain comme il l’avait prévu. Certaines choses pourront être mises en place mais pas toutes.
• Nicolas explique que les retours de la «commission panier» n’ont pas fonctionné comme il le souhaitait même s’il a quand même reçu des retours sur le panier. La saison prochaine, il y aura toujours moyen de lui écrire pour lui donner un avis sur le panier mais il n’y aura plus de sondage systématique.
• Nicolas a eu beaucoup de retours positifs, notamment par rapport au panier d’échange !
• Nicolas ne peut présenter un bilan financier très précis vu que certains légumes ont été écoulés «hors AMAP». De plus il y a eu des heures de travail à Corroy. Il est difficile d’estimer combien d’heures il a véritablement travaillé pour l’AMAP. Ce qu’il retient c’est que le prix du panier est plus réaliste que les années précédentes.
• Au cours de cette saison, il n’y a pas eu de réelle modification du prix du panier mais on a davantage joué sur une réduction des heures de travail pour équilibrer le calcul du revenu de Nicolas.
• Nicolas rappelle qu’il doit toujours attendre une année pour analyser les conséquences de ses choix !

• Nicolas explique qu’il a entrepris de calculer le coût associé à la culture de chaque légume. Ca a été un travail très compliqué mais très intéressant, il ne regrette pas de l’avoir fait. Cela va lui permettre de travailler de façon plus réaliste. Nicolas rappelle qu’à partir du moment où il paie des gens qui travaillent pour lui, il doit savoir précisément ce qu’il fait. Ce travail de calcul des coûts était donc indispensable ! Pour la production d’un kilo de courgette par exemple, le calcul du coût comprend le coût de production, la marge, le coût lié à la gestion de l’activité, ... Nicolas explique que grâce à ce calcul il peut envisager de travailler avec d’autres personnes sans ambiguité.
• Jean Pierre rappelle que l’objectif de rémunération visé était une rémunération de 10-12 euros par heure (en fonction des variations).
• Si on souhaite que le système soit transparent, Nicolas doit pouvoir mesurer les divers paramètres afin de pouvoir échanger avec d’autres producteurs.
• Nicolas explique qu’il y a eu quelques demandes d’un « mini-panier » pour personne seule mais que cette demande est trop marginale pour qu’il puisse y répondre.
• Nicolas explique pourquoi il ne travaille plus avec Charmente, la jument.

2) Point sur les groupes et la coordination par Anne-Sophie

• Anne-Sophie rappelle quels sont les groupes existant et explique que dans l’ensemble les choses se passent bien. Le seul souci cette année a été les oublis fréquents de la part des personnes censées assurer les permanences. Il est arrivé plusieurs fois qu’une seule personne soit présente pour assurer la permanence, ce qui pose évidemment problème. Elle explique que le comité de gestion s’est interrogé sur les solutions possibles et en 2014 un rappel sera envoyé par courriel plus fréquemment, les liens vers les Doodle seront proposés sur le blog. Anne-Sophie explique notamment que dans la nouvelle version du contrat les Amapiens devront fait savoir par écrit s’ils acceptent ou non que leurs coordonnées soient diffusées aux autres Amapiens. Chacun pourra ainsi disposer de la liste des autres membres de son groupe afin de se chercher un remplaçant facilement en cas d’indisponibilité. Cela permettra aussi davantage de contact entre co-permanents si nécessaires !
• Il est arrivé de manière très ponctuelle que des Amapiens venant chercher leur panier après la permanence trouve la remorque vide. A priori on ne pense pas à du vol mais juste à une erreur de la part des autres Amapiens. Nicolas explique que lorsque cela se produit il veut bien refaire un panier si on le prévient.
• Elle présente le système des «réservistes» que Pascal a mis en place à Ottignies : il a les coordonnées de personnes qui, si elles n’assurent pas la permanence, peuvent si nécessaire venir donner un coup de main. Une discussion a lieu à ce sujet et plusieurs personnes se disent que ce système pourrait s’étendre aux autres groupes.
• Elle annonce que pour diverses raisons Marie ne pourra plus assurer la coordination du groupe de la Baraque en 2014 et que le comité cherche donc une personne pour la remplacer.

3) Etat des paiements et remarques / propositions liées aux paiements par Jean Pierre

• Jean Pierre explique qu’il avait été demandé que la totalité des paniers soit payée pour fin octobre et qu’en date du 23 novembre il manque toujours 2700 euros répartis sur une quinzaine de familles.
• Il explique que les paiements sont fastidieux à vérifier car les gens ne respectent pas le plan de paiement établi dans le contrat, les gens oublient de payer, ne versent pas la somme prévue dans leur plan de paiement, ... Le comité de gestion souhaiterait changer le système pour faciliter le travail de Jean Pierre. Les membres du comité ont examiné diverses possibilités pour rendre les choses plus fluides. Au final, les options seraient les suivantes : fonctionner avec des ordres permanents, fonctionner avec des virements papier ou ... ne rien changer. Le comité de gestion penche pour le virement papier : chaque Amapiens compléterait ainsi les virements à la signature du contrat, les signerait et Jean Pierre se chargerait de les faire parvenir aux banques. Une discussion collective a lieu au sujet de cette proposition qui est au final adoptée. Nous ferons donc le test en 2014 et nous verrons lors de la prochaine assemblée bilan si cela a permis de rendre les choses plus simples.
• Les Amapiens demandent si les personnes qui n’auront pas tout payé pourront se réinscrire. La réponse est évidemment non.

4) Saison 2014 : perspectives

Corroy et Chaumont

• Nicolas explique que le nouveau terrain s’appellera «Les jardins de Dounia» en référence au second prénom de sa fille aînée.
  • L’équipe sera, en 2014, composée de Nicolas, Nathan, Olivier et Sita.
  • En 2014 les cultures se feront encore sur les deux terrains mais l’essentiel sera à Corroy. A Chaumont-Gistoux il placera des cultures plus «faciles» afin de n’y aller qu’une fois par semaine en moyenne. Le terrain de Corroy est en seconde année de conversion. En mars 2015 il sera tout à fait «bio».
• Nicolas explique qu’à terme il espère pouvoir louer un autre terrain agricole proche du terrain de Corroy.
• L’aménagement de Corroy est prévu. Il y aura la plantation des fruitiers et des haies. Puis le forage, l’installation de l’eau et de l’électricité, la construction d’une salle de stockage, ...

• En 2014 le groupe de Chaumont-Gistoux sera livré le samedi à 9h.

Le prix

• Les prix en 2014 seront les suivants : 21,60 euros pour un grand panier et 12,95

euros pour un petit panier. Le prix est donc juste indexé. 

Les cultures

• Nicolas souhaite augmenter ses marges de sécurité pour avoir plus de chances qu’il y ait assez lorsque les choses vont mal. Si les choses se passent bien, les paniers seront davantage fournis.
• En 2014 Nicolas prévoir un panier d’été encore plus estival (retour de l’aubergine, davantage de poivrons sont prévus, ...) et il prévoit davantage de légumes de conservation. Les Amapiens présents font savoir à Nicolas qu’ils sont demandeurs de davantage de courgettes dans le panier.
• Nicolas proposera en plus en 2014 des asperges (qui viendront d’un autre producteur en 2014 car pour les asperges entre la plantation et la récolte il y a plusieurs années de délai) et du chou-rouge.
• En 2014 les petits pois, les mange-tout seront en auto-cueillette (donc les Amapiens reçoivent le plan et doivent détacher eux-mêmes les légumes).

• Nicolas évoque les partenariats possibles pour rentabiliser la grande surface de serres dont il disposera à Corroy. Son souhait serait à terme de ne travailler que pour l’AMAP mais dans un premier temps, il devra envisager d’autres partenariats.

Les oignons et les pommes de terre

• Nicolas propose qu’il soit possible, lors de la signature du contrat, de faire le choix d’une réception mensuelle d’oignons et de pommes de terre. L’idée serait la suivante : les personne ayant choisi ce «plus» dans leur contrat recevraient la première semaine du mois par exemple une certaine quantité de pommes de terre et d’oignons, qui ne seraient pas à insérer dans le panier par les permanents mais qui se trouveraient sur le côté et il faudrait que chacun pense à les prendre. Ces légumes viendraient de la culture d’un producteur proche qu’il connaît bien. Il y aurait plusieurs variétés de pommes de terre proposées. Nicolas continuerait à proposer de la pomme de terre primeur, mais les pommes de terre de conservation ne viendraient donc plus de chez lui. Nicolas explique que cette proposition est liée aux besoins très variables d’une famille à l’autre.
  • Il serait aussi possible d’avoir des tresses d’ail deux fois par an.
  • Le projet ne suscite pas de remarques négatives.
Le projet de panier de fruits

Nicolas souhaite un panier de fruits séparé car les fruits bio sont chers et il ne souhaite pas que le prix des fruits décourage les gens de s’inscrire pour le panier de légumes.
• Vu qu’il y a un projet de panier de fruits en 2014, les fraises et la rhubarbe vont être retirées du panier «de légumes».
• Les gens pourront ou pas choisir le panier de fruits et devront y penser car les fruits ne seront évidemment pas dans le panier de légumes, il y aura un panier de fruits préparé sur le côté.

Nicolas explique que pour arriver au panier de fruits tel que lui et Sita l’imaginent, il faudrait au moins cinq ans au départ de la plantation des fruitiers. Cela prend beaucoup de temps, cela représente pas mal d’investissement et parallèle Sita et lui se demandent si cette proposition de panier de fruits correspond à une attente des Amapiens. Il estime donc qu’il y a deux possibilités :

  1. 1)  Commencer avec un panier de fruits «réduit» ne contenant en 2014 que des fruits issus de la production de Nicolas. Il y aurait donc dans le panier des fraises, de la rhubarbe, des melons. Ce panier coûterait environ 120 euros pour la saison.
  2. 2)  Commencer directement avec le panier tel que Nicolas et Sita l’imaginent à terme en complétant le panier avec des fruits produits par d’autres producteurs. Cela permettrait à Nicolas et Sita d’ajuster éventuellement leur projet en fonction de la demande. Le panier comprendrait donc, en plus de ce qui est cité ci- dessus, les fruits suivants : pommes et poires, cerises, prunes, framboises, coings, pêches, raisin, kiwaï. Ce panier pus complet coûterait environ 13 euros par semaine, donc environ 550 euros pour la saison de 43 semaines. Nicolas explique bien que les apports extérieurs seraient temporaires, mais que le but serait à terme que tous ces fruits viennent de son exploitation !
page5image25896
• Nicolas rappelle qu’il a déjà proposé un sondage à ce sujet et qu’une bonne partie des personnes qui ont répondu se montrent intéressées par un panier plus complet.
  • Des groseilles et cassis pourront être envisagés en auto-cueillette sur le champ.
  • Nicolas explique qu’il existe aussi une possibilité de se procurer, en hiver, des agrumes venant d’une ferme bio italienne où il a un contact. Il y a un débat à ce sujet, certains estiment qu’on dévie trop du projet d’AMAP initial. Certains demandent si ce n’est pas plus propre à une GAC qu’à une AMAP. Nicolas explique qu’il propose ici un service, mais qu’on peut très bien faire le choix de ne pas intégrer d’agrumes !
Vu que les avis divergent au sujet du panier de fruits, Nicolas propose un nouveau sondage avant les réinscription afin que tout le monde puisse se prononcer.

5) Demandes et remarques des Amapien(ne)s présent(e)s

• Une Amapienne demande qu’en début de saison 2014 on rappelle les divers conseils liés à la conservation des légumes.

• Catherine (qui est dans le groupe «recettes») propose un service «SOS recette» pour les Amapiens qui ne reçoivent un légume dont ils ne savent vraiment pas quoi faire !

• Un Amapien demande pourquoi les quantités d’épinards étaient si réduites en 2013 ? Discussion à ce sujet. Les Amapiens voudraient idéalement 1 kg par petit panier plutôt que 500g.
• Un Amapien demande combien de variétés Nicolas a cultivées cette année. Ce dernier répond que ça doit tourner autour des 80.
page6image13992