Réunion de bilan - 26 novembre 2016

Compte rendu de la réunion de bilan du 26/11/2016
Bilan des paniers présenté par Nicolas


Le contenu des paniers n'a pas beaucoup changé par rapport à 2015. Plus de carottes suite à la demande des Amapiens. Moins d'aromates et plantes sauvages 5% en parallèle avec une augmentation de prix de 10% afin d'augmenter la marge suite au bilan financier 2015.


Bilan des cultures

Année très difficile. Printemps humide et froid. Beaucoup de prédateurs. L’année 2015 financièrement difficile d'où création d'un comité de réflexion qui s'est réuni 5 fois et a suscité pas mal de questionnements. Déménagement sur Corroy ce qui représentait une surcharge importante de travail.
Mais par contre : très bonne gestion des tomates, longue période, pas de déchets. Idem pour les choux et les courgettes.
Nette progression des cultures "difficiles" oignons, poireaux grâce à des techniques comme notamment une bâche plastique sous les oignons.
Un indice intéressant : si l'on compare les légumes mis en culture et vendus on augmente le rendement de 60 à 75 % en 2016. Souci à la Boucherie des Noyers : les paniers ne sont pas complets, certains clients de la boucherie se servent : Nicolas les empilera dorénavant sur le côté.

Bilan Financier
Cette année semble annoncer une très belle progression de ce point de vue. L'entreprise est passée de 56% du travail pas payable au salaire d'un ouvrier à plus que 10%. Nicolas et Sita ont pu se payer le même salaire qu'un ouvrier pour la première fois depuis les 6 ans de création de l'AMAP ! Ce résultat s'explique par les nombreux efforts mis en place l'année passée.

Le comité de gestion
Le mot du trésorier : Vincent Defoin. Il reste 2500 € non encore payés ce qui est beaucoup étant donné que la dernière échéance était le 20 octobre !
Suggestion d'effectuer des versements automatiques sur l’année. Pas plus de 4 versements pour limiter le travail de contrôle.
Proposition de fixer les 4 dates de paiement plutôt que de laisser chacun indiquer ses dates.
Passage en 2017 à l'inscription en ligne tout en maintenant le possibilité du contrat papier. Moins de contact sans doute mais beaucoup plus de facilité pour le trésorier et la secrétaire qui s'occupe de la gestion des contrats. Importance de maintenir des occasions de rencontre entre amapiens.
Le système d'inscription en ligne avait été essayé en 2016 mais était instable : nombreux bugs, pas de confirmation envoyée, pas de liste de contrôle etc. Serge Bibauw a travaillé sur l'outil informatique. Il sera encore testé d'ici janvier afin d'éviter le plus d'erreurs possible. 

Le mot de la secrétaire : Michèle de Bellefroid
Rappel du rôle de la secrétaire : gestion des mails, mise à jour des listes d'adresses mail, reprise du rôle de JP à la gestion des contrats, premiers contacts, réponse aux demandes d'info, envoi de documents pratiques.

Groupe Chiffres : suite aux difficultés financières de 2015, mise en place d'un groupe de 4 personnes qui aide Nicolas à analyser les chiffres. Il apprécie cet autre regard. 

Groupe de réflexion : s'est réuni 6 fois. L'idée est de discuter surtout des valeurs.


L'importance de l'amélioration de la communication est soulignée, ainsi que plusieurs suggestions :
- nommer une personne responsable de la communication
- mettre plus d'énergie dans la dynamique sociale, créer des occasions de rencontre. Par exemple le repas organisé par le groupe Biereau. Idée : se rassembler pour transformer des fruits et légumes (confitures, conserves ...)
- organiser des ateliers de rencontre dans le hangar à Corroy
- dynamiser le site en y attenant les recettes des amapiens et ainsi le mettre à jour. Sandy De Wilde propose son aide pour cela.
- rappeler clairement le site sur la feuille de chou
- composer un folder honnête en soulignant cette façon de consommer qui s'adapte aux légumes du panier, qui peut même varier par rapport à la feuille de chou en raison des réelles conditions de récolte
- créer un mail de bienvenue


L'amap étant plus rentable pour Nicolas, il apparaît que les débouchés supplémentaires permettent de "lisser" le panier pour diminuer les "abondances", ou renflouer les "pénuries" qui perturbent les amapiens.

Il ressort cependant du comité de réflexion qu'aucune ligne directrice forte n'apparaisse.

Nicolas désire garder la taille de son entreprise tout en visant la valorisation du système de l'amap. En effet, vu le nombre de légumes cultivés, l'économie d'échelle est complexe.

Suite à ces réunions, les collectifs seraient plus des accompagnateurs que des décideurs, vu les responsabilités encourues par Nicolas et le peu de résultats concrets des efforts des amapiens.

Cette année, riches en discussions et recherches de solutions se termine positivement, preuve par les chiffres ! Gageons que pour 2017 nous saurons galvaniser l'entraide et la solidarité pour améliorer ce bel outil qui doit s'adapter à la réalité du terrain.

Enfin, il est suggéré que lors de la prochaine fête de la pomme, on pourrait vendre des légumes et les bénéfices pourraient être utilisés pour améliorer les moyens de contacts et de communications ou autres propositions.



Amapiennes, amapiens, bonnes fêtes de fin d'année!!!


Michèle de Bellefroid et Vincent Defoin